Les obstacles à un tourisme durable

 

Les stations de montagne ont perdu depuis peu de leur prestance puisqu'elles sont devenues quatrième destination de vancances dans le choix des Français. Ce phénomène nous prouve alors que la montagne attire de moins en moins de touristes. À présent, les villes ont remplacé celle-ci et se placent aujourd'hui en troisième position. Les modes touristiques s'orientent de plus en plus vers un tourisme dit "fermé" comme les parcs d'attraction, les croisières ou les villes émergentes telles que Dubaï, réel microcosme, qui vise une large clientèle. Il existe en revanche d'autres pratiques très en vogue : le tourisme vert ou l'humanitaire.

La commune de Villard de Lans doit faire face à de nombreuses difficultés pour assurer le bon fonctionnement de son économie touristique. En effet, le principal problème qu'elle rencontre est le manque de communication entre les professionnels du tourisme et la municipalité, qui présentent des divergences de point de vue. Ainsi, les professionnels du tourisme reprochent à la municipalité de ne pas assez promouvoir la commune et de les laisser faire eux-mêmes leur propre publicité. À l'inverse, la municipalité regrette d'attirer une clientèle, par exemple en organisant de nombreux évènements, sans que les divers commerçantœuvrent pour en profiter.

De plus, la station est peu accessible à de nombreuses personnes, notamment à cause de son coût. Nous avons fait l'expérience de réserver pour une famille de quatre personnes sur le site internet de l'Office du tourisme. Dans un premier temps, nous avons réservé un meublé plutôt modeste pour 5 jours, fin février, ainsi que 4 forfaits de ski dont un tarif -10 ans et un autre -16 ans, pour la même période.  Le coût total revient à 929 €, sans compter les frais alimentaires. Dans un deuxième temps, nous avons réservé pour la même famille dans un hôtel modeste avec demi-pension, en suivant les mêmes activités que précédemment. Le coût total s'élève à 1958 € pour 5 jours. Cette expérience nous a donc démontré que les vacances à Villard de Lans ne sont pas accessibles à tous les porte-feuilles.

Depuis quelques années, la station assiste à une baisse du tourisme de séjour et à une montée de celui de proximité. La notion de "tourisme de séjour" est un terme utilisé pour désigner les séjours de plus de quatre jours. Au contraire, le tourisme de proximité concerne les courtes durées, s'étalant de un à trois jours. Ce tourisme est peu dépensier et consomme nettement moins que les vacanciers de séjour, ce qui constitue un réel inconvénient pour Villard de Lans. De plus, pour maintenir son tourisme de longue durée, la commune doit favoriser la constrution de résidences de tourisme. Cela engage donc un dilemme sur le style de structure à privilégier, maisons individuelles et secondaires ou résidences de tourisme. En effet, les résidences secondaires sont très nombreuses sur la commune de Villard de Lans puisqu'il y en a 3294 contre environ 1800 principales. Ces personnes ne favorisent donc pas le maintien du tourisme. De plus, le phénomène des "lits froids" bloquent le réaménagement des anciennes résidences de tourisme (Balcon). 

 

Le Balcon de Villard de Lans est, pour la Mairie, un problème majeur puisqu'il appartient à de nombreux propriétaires privés ne louant pas : ce sont des "lits froids"

 

Les transports peuvent être un véritable désavantage pour la station. En effet, les voitures sont trop polluantes et trop encombrantes du fait du manque de stationnements disponibles et les bus peu adaptés à la demande.

Villard de Lans doit à présent faire le choix entre être une commune périurbaine de l'agglomération grenobloise ou privilégier un tourisme durable

 

 

 

 

 

 

 

  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×